De la crise de l’autorité à l’autorité en temps de crise

Nous vivons une époque où les formes de l’autorité ainsi que la légitimité de ceux en position d’autorité sont challengées, dans la société comme dans l’entreprise. Reposant sur le choix méthodologique de mêler l’analyse managériale et les sciences humaines, cette étude s’articule en trois temps. Elle s’intéresse d’abord à la manière dont le sujet de la légitimité managériale est actuellement posé dans les entreprises et avec quelles conséquences. Elle ouvre ensuite la perspective en apportant des éclairages multi­disciplinaires des sciences humaines concernant l’auto­rité et les crises d’autorité. Elle propose enfin une façon de penser la légitimité managériale selon une logique hybride. Pour en illustrer la traduction concrète au quotidien, l’étude s’appuie sur des retours d’expériences managériales issues de la crise sanitaire que nous traversons et débouche sur des préconisations pour les DRH concernant la manière d’aborder le développement managérial dans leur entreprise.

Cette étude est réservée aux adhérents

Auteur(s) :

Carine Chavarochette - Groupe EP

Carine CHAVAROCHETTE

Julie DEVINEAU

Aine O'Donnell - Groupe EP

Aine O'DONNELL

Contenus suggérés

Fonction RH & Management

Patron de PME dans un grand Groupe ? Entre discours managérial et évolutions structurelles

Étude du 23 octobre 2014
Les précédentes études d’Entreprise&Personnel sur la ligne managériale et les nouvelles modalités de régulation sociale ont attiré l’attention sur la problématique émergente du travail des managers opérationnels. Le principal risque identifié dans ces études est celui d’une fragmentation de cette ligne opérationnelle Les organisations semblent se poser la question du degré d’autonomie à leur allouer. On peut aussi se demander si les moyens qui leur sont attribués sont proportionnels au travail attendu d’eux. Si une « révolte des cadres » n’est guère envisageable, le doute et même le désengagement sont de plus en plus visibles sur le terrain.  

Note d’orientation 2015-2018 : La transition permanente

Étude du 02 décembre 2014
La transition permanente Cette note d’orientation qu’Entreprise&Personnel publie tous les trois ans a pour ambition de raconter un bout de l’histoire qui nous attend à l’horizon de cinq ans environ. Elle n’est pas du registre de la prévision ni même de la prospective, elle ne repose sur aucun algorithme statistique ni méthode (des scénarios ou autre). Elle n’a pas l’ambition d’être exhaustive et de tout dire sur les années à venir. Elle n’est pas non plus une étude au sens des publications habituelles d’EP. Il s’agit d’un regard partial et partiel.

Développement des Dirigeants dans un monde en mutation

Étude du 24 mars 2015
Le développement du 'leadership' continue à figurer parmi les priorités des DRH et des PDG à en croire des enquêtes récentes de grande envergure auprès de ces populations. En même temps, d'autres études ces dernières années soulignent que les entreprises se soucient de leur capacité à préparer la relève de leurs  dirigeants. Rien de très surprenant dans un monde qui évolue, de surcroît très rapidement. L'environnement des affaires, la nature des décisions à prendre, les modes d'organisation et de fonctionnement, les leviers d'engagement des salariés... tout change !  

Etude

Patron de PME dans un grand Groupe ? Entre discours managérial et évolutions structurelles

Étude du 23 octobre 2014
Les précédentes études d’Entreprise&Personnel sur la ligne managériale et les nouvelles modalités de régulation sociale ont attiré l’attention sur la problématique émergente du travail des managers opérationnels. Le principal risque identifié dans ces études est celui d’une fragmentation de cette ligne opérationnelle Les organisations semblent se poser la question du degré d’autonomie à leur allouer. On peut aussi se demander si les moyens qui leur sont attribués sont proportionnels au travail attendu d’eux. Si une « révolte des cadres » n’est guère envisageable, le doute et même le désengagement sont de plus en plus visibles sur le terrain.  

Un travail, des contrats

Étude du 17 novembre 2015
Pour une diversification heureuse des contrats de travail De nouvelles formes d’emploi apparaissent. Nombreux sont ceux qui passeront d’un contrat à l’autre avec ce que cela entraîne de mobilité mais aussi de précarité et de peur du déclassement. La relation au travail est en pleine métamorphose. Ce qui régissait la relation de l’individu à son employeur et à son travail est en train de changer en profondeur. Entreprise&Société a choisi d’aborder le sujet non pas sous son angle juridique et réglementaire généralement retenu, mais à travers la question du pilotage de la nouvelle réalité des emplois, là où se situe l’enjeu majeur d’une diversification heureuse des contrats de travail  

Avantages acquis, de l’archaïsme à leur modernité

Étude du 07 juin 2016
Pour un pilotage réaliste des avantages acquis, leur retour en légitimité et en efficacité Les avantages acquis sont éminemment présents dans les débats nationaux. Partie inhérente du contrat entre un salarié et son employeur, ils sont souvent cités comme un facteur d’accroissement des inégalités entre les actifs. Leur évocation fait se lever les boucliers et s’exprimer les convictions les plus virulentes, parce qu’ils sont largement porteurs de représentations qui stigmatisent certains bénéficiaires et empêchent d’en avoir une lecture objectivée. En s’emparant du sujet, Entreprise&Société entend le dépassionner afin de redonner aux acteurs de la négociation sociale des pistes pour piloter avec réalisme les « avantages », en s’appuyant sur leur légitimité et leur efficacité.  

Etudes

Patron de PME dans un grand Groupe ? Entre discours managérial et évolutions structurelles

Étude du 23 octobre 2014
Les précédentes études d’Entreprise&Personnel sur la ligne managériale et les nouvelles modalités de régulation sociale ont attiré l’attention sur la problématique émergente du travail des managers opérationnels. Le principal risque identifié dans ces études est celui d’une fragmentation de cette ligne opérationnelle Les organisations semblent se poser la question du degré d’autonomie à leur allouer. On peut aussi se demander si les moyens qui leur sont attribués sont proportionnels au travail attendu d’eux. Si une « révolte des cadres » n’est guère envisageable, le doute et même le désengagement sont de plus en plus visibles sur le terrain.  

Note de conjoncture sociale 2014

Étude du 15 novembre 2014
Confusion(s) sociale(s) : le télescopage des crises Cet automne aura vu le basculement du Sénat à droite après une série d’élections catastrophiques pour l’actuelle majorité. Nous l’avions annoncé l’année dernière : les urnes plutôt que la rue pour exprimer l’exaspération, la colère, la déception, l’amertume… La « résignation rageuse » qui nous semblait marquer la période précédente s’est traduite par une sanction brutale de la part des citoyens, accompagnée d’une montée du Front national, « aux portes du pouvoir » pour certains dont le Premier Ministre, en cas d’échec de la politique actuelle. À la crise économique s’ajoute une crise politique bien plus profonde que l’épisode anecdotique de Valls 2 , une crise du politique faudrait-il dire. Au point que des spécialistes pondérés peuvent se poser la question de savoir si la démocratie française n’était pas « au bout du rouleau ». L’année 2014 est ainsi pensée comme une année de rupture dans la société française. Les syndicalistes parlent aussi de crise « morale ». Ainsi Laurent Berger, analysant à la rentrée pour CFDT Magazin : « À la crise économique et sociale s’ajoute désormais une crise politique. Je dirais même une crise morale, une crise de sens qui alimente le pessimiste ambiant au risque d’entraîner les citoyens vers la désespérance. On est à la croisée des chemins : si les forces politiques, patronales, syndicales… ne font pas le choix de sortir des postures… alors on laissera le terrain aux extrêmes. » Les termes des prochains trimestres sont posés.

Note d’orientation 2015-2018 : La transition permanente

Étude du 02 décembre 2014
La transition permanente Cette note d’orientation qu’Entreprise&Personnel publie tous les trois ans a pour ambition de raconter un bout de l’histoire qui nous attend à l’horizon de cinq ans environ. Elle n’est pas du registre de la prévision ni même de la prospective, elle ne repose sur aucun algorithme statistique ni méthode (des scénarios ou autre). Elle n’a pas l’ambition d’être exhaustive et de tout dire sur les années à venir. Elle n’est pas non plus une étude au sens des publications habituelles d’EP. Il s’agit d’un regard partial et partiel.